Sélectionner une page

La première édition du New York City Marathon, qui est aujourd’hui le marathon le plus célèbre et le plus attractif au monde, s’est tenue le 13 septembre 1970, organisée par les présidents du New York Road Runners Club – Vincent Chiappetta et Fred Lebow. 127 concurrents, au prix d’un dollar (aujourd’hui 385 $ pour les non-résidents aux USA), ont fait six tours le long de Park Drive à Central Park.

Jean Marc Plutau nous explique qu’à l’époque, seuls 55 coureurs sont arrivés à la finale du marathon, où pas plus d’une centaine de spectateurs se sont arrêtés pour assister à la victoire de Gary Muhrcke en 2 heures 31 minutes et 38 secondes. Aujourd’hui, on estime que deux millions de personnes se pressent le long du parcours pendant la course, sans parler des centaines de milliers de personnes qui le regardent en direct à la télévision. Les prix, dont le montant total s’élève aujourd’hui à environ huit cent mille dollars, étaient à l’époque des montres de faible valeur et des trophées recyclés de compétitions de baseball et de bowling.

Une course devenue emblématique 

Depuis lors, on estime que plus de sept cent mille personnes ont participé au plus important des six marathons qui font partie des World Marathon Majors (en plus du marathon de New York, ceux de Berlin, Boston, Chicago, Londres et Tokyo), une course est désormais entrée dans l’imaginaire collectif grâce aux photos de milliers de coureurs bondés sur le pont de Verrazzano à Staten Island et prêts à partir, comme chaque année, à 10h10 le premier dimanche de novembre (limite maximale pour conclure la course c’est 8 heures et 30 minutes).

Pour Jean Marc Plutau, depuis la première édition du New York City Marathon, les choses ont beaucoup changé. À commencer par le parcours (la longueur reste évidemment celle officielle de 42.195 kilomètres). En 1976, pour célébrer le bicentenaire de la naissance des États-Unis, il a été décidé de modifier la piste afin de traverser les cinq quartiers de la ville, dans un circuit qui n’a pas changé et que depuis cette année la course commence du pont de Verrazzano Staten Island et traverse Brooklyn sur environ 19 kilomètres avant d’entrer dans le Queens depuis le pont Pulaski. 

Ensuite la course passe à travers l’East River sur le redouté Queensboro Bridge (l’un des moments les plus difficiles de la course), traverse brièvement le Bronx et enfin revenir à Manhattan. A Harlem le long de la Cinquième Avenue, puis à Central Park South où des milliers de spectateurs se rassemblent pour encourager les athlètes du dernier kilomètre. Au Columbus Circle, la course retourne ensuite au parc et se termine devant la fameuse Tavern on the Green. Un chemin difficile, mais une expérience à essayer absolument.

Jean Marc Plutau se rappelle qu’en 2019, la faillite de la compagnie aérienne Thomas Cook, spécialisée dans l’organisation du transport pour le marathon avait brisé le rêve d’une dizaine de coureurs français qui avait payé leur vol, le dossard du marathon et l’hébergement, ils se sont retrouvés malheureusement privés de la participation.